Découverte d’un principe qui sauve des vies

Charles H. Best (à gauche) et Frederick G. Banting à l’Université de Toronto

Sur la base de l’hypothèse selon laquelle une hormone du pancréas pourrait inverser les effets du diabète, les Canadiens Frederick G. Banting et Charles H. Best obtinrent au cours de l’été 1921 à l’Université de Toronto, un extrait appelé «islétine» à partir des cellules des îlots pancréatiques d’un chien. Ils le testèrent sur des chiens qui présentaient un diabète expérimental dû à une pancréatectomie. Les valeurs glycémiques élevées des animaux furent réduites par cet extrait contenant de l’insuline. Pour la première fois, se levait un vent d’espoir pour les personnes diabétiques dont l’espérance de vie était d’environ trois ans avant la découverte de l’insuline.

Découverte d’un principe qui sauve des vies

Sur la base de l’hypothèse selon laquelle une hormone du pancréas pourrait inverser les effets du diabète, les Canadiens Frederick G. Banting et Charles H. Best obtinrent au cours de l’été 1921 à l’Université de Toronto, un extrait appelé «islétine» à partir des cellules des îlots pancréatiques d’un chien. Ils le testèrent sur des chiens qui présentaient un diabète expérimental dû à une pancréatectomie. Les valeurs glycémiques élevées des animaux furent réduites par cet extrait contenant de l’insuline. Pour la première fois, se levait un vent d’espoir pour les personnes diabétiques dont l’espérance de vie était d’environ trois ans avant la découverte de l’insuline.

Charles H. Best (à gauche) et Frederick G. Banting à l’Université de Toronto

Premières applications cliniques et réussites

Leonard Thompson avant et après le traitement par insuline.

En janvier 1922, l’équipe autour de Banting et Best réussit pour la première fois à sauver une personne atteinte de diabète de type 1. Leonard Thompson, âgé de 14 ans et qui ne pesait plus que 29 kilogrammes à peine, fut la première personne traitée par insuline au Toronto General Hospital. Après avoir reçu des injections de l’extrait de Banting et Best, le taux de glycémie de Leonard chuta et le garçon se rétablit. Il est décédé à 27 ans à la suite d’une pneumonie sans lien avec le diabète.

Premières applications cliniques et réussites

En janvier 1922, l’équipe autour de Banting et Best réussit pour la première fois à sauver une personne atteinte de diabète de type 1. Leonard Thompson, âgé de 14 ans et qui ne pesait plus que 29 kilogrammes à peine, fut la première personne traitée par insuline au Toronto General Hospital. Après avoir reçu des injections de l’extrait de Banting et Best, le taux de glycémie de Leonard chuta et le garçon se rétablit. Il est décédé à 27 ans à la suite d’une pneumonie sans lien avec le diabète.

Leonard Thompson avant et après le traitement par insuline.

Autorisation de production d’insuline en Scandinavie

1922
Le couple de chercheurs danois, August et Marie Krogh, qui fondera plus tard la société prédécesseur de l’actuelle Novo Nordisk, rencontra le professeur John James Macleod, directeur du Physiological Laboratory de l’Université de Toronto, lors d’une tournée de conférences en Amérique du Nord en 1922. Ils rentrèrent de Toronto au Danemark avec la licence pour la technologie d’extraction et de purification permettant de produire l’insuline vitale et de la rendre disponible comme médicament. Le 21 décembre 1922, August Krogh et le médecin danois Hans Christian Hagedorn réussirent à extraire une petite quantité d’insuline du pancréas d’un bovin. Avec le soutien financier du pharmacien et entrepreneur danois August Kongsted, Krogh et Hagedorn fondèrent le laboratoire Nordisk Insulinlaboratorium en 1923. L’objectif de Krogh et de Hagedorn était d’améliorer encore l’extraction de l’insuline et de standardiser la production. Hagedorn avait développé au préalable une méthode de mesure très précise de la glycémie avec le pharmacien Norman Jensen.
1922

Autorisation de production d’insuline en Scandinavie

Le couple de chercheurs danois, August et Marie Krogh, qui fondera plus tard la société prédécesseur de l’actuelle Novo Nordisk, rencontra le professeur John James Macleod, directeur du Physiological Laboratory de l’Université de Toronto, lors d’une tournée de conférences en Amérique du Nord en 1922. Ils rentrèrent de Toronto au Danemark avec la licence pour la technologie d’extraction et de purification permettant de produire l’insuline vitale et de la rendre disponible comme médicament. Le 21 décembre 1922, August Krogh et le médecin danois Hans Christian Hagedorn réussirent à extraire une petite quantité d’insuline du pancréas d’un bovin. Avec le soutien financier du pharmacien et entrepreneur danois August Kongsted, Krogh et Hagedorn fondèrent le laboratoire Nordisk Insulinlaboratorium en 1923. L’objectif de Krogh et de Hagedorn était d’améliorer encore l’extraction de l’insuline et de standardiser la production. Hagedorn avait développé au préalable une méthode de mesure très précise de la glycémie avec le pharmacien Norman Jensen.

August et Marie Krogh

August et Marie Krogh

August Krogh et August Kongsted

August Krogh et August Kongsted

Hans Christian Hagedorn

Hans Christian Hagedorn

Début de la production industrielle d’insuline en Europe

1923
Au début de l’année 1923, le Nordisk Insulinlaboratorium commença la production d’insuline. Au printemps de la même année, les premiers patients furent traités par insuline, appelée «insuline Leo». Cette date est considérée comme la date de naissance de Novo. À partir de 1926, les bénéfices furent versés à une fondation, la Nordisk Insulin Foundation, qui soutenait les travaux scientifiques et les personnes atteintes de diabète dans les pays scandinaves.
1923

Début de la production industrielle d’insuline en Europe

Au début de l’année 1923, le Nordisk Insulinlaboratorium commença la production d’insuline. Au printemps de la même année, les premiers patients furent traités par insuline, appelée «insuline Leo». Cette date est considérée comme la date de naissance de Novo. À partir de 1926, les bénéfices furent versés à une fondation, la Nordisk Insulin Foundation, qui soutenait les travaux scientifiques et les personnes atteintes de diabète dans les pays scandinaves.

Nordisk Insulinlaboratorium: premier site de production et produits

Nordisk Insulinlaboratorium: premier site de production et produits

Prix Nobel pour les découvreurs de l’insuline

Pour leurs travaux ayant conduit à la découverte de l’insuline, Frederick Banting et John James Macleod ont reçu le prix Nobel de la physiologie ou de médecine en 1923. Frederick Banting a cédé la moitié de son prix à son assistant Charles Best. Macleod a partagé sa part avec James B. Collip, un autre membre de l’équipe de recherche de Toronto, qui avait eu une part déterminante dans l’amélioration de la pureté des préparations à base d’insuline de Banting et Best.

Prix Nobel pour les découvreurs de l’insuline

Pour leurs travaux ayant conduit à la découverte de l’insuline, Frederick Banting et John James Macleod ont reçu le prix Nobel de la physiologie ou de médecine en 1923. Frederick Banting a cédé la moitié de son prix à son assistant Charles Best. Macleod a partagé sa part avec James B. Collip, un autre membre de l’équipe de recherche de Toronto, qui avait eu une part déterminante dans l’amélioration de la pureté des préparations à base d’insuline de Banting et Best.

Frederick Banting

Frederick Banting

John James Macleod

John James Macleod

Fondation de Novo et développement d’une préparation d’insuline liquide

1925
Les deux frères et anciens collaborateurs de Nordisk Insulinlaboratorium, Harald et Thorwald Pedersen, créèrent leur propre entreprise en 1925, le laboratoire Novo Terapeutisk Laboratorium. Ils réussirent à produire une préparation d’insuline liquide stable et l’appelèrent «Insuline Novo». C’était une nouveauté.
1925

Fondation de Novo et développement d’une préparation d’insuline liquide

Les deux frères et anciens collaborateurs de Nordisk Insulinlaboratorium, Harald et Thorwald Pedersen, créèrent leur propre entreprise en 1925, le laboratoire Novo Terapeutisk Laboratorium. Ils réussirent à produire une préparation d’insuline liquide stable et l’appelèrent «Insuline Novo». C’était une nouveauté.

Logo Novo de 1938

Logo Novo de 1938

Invention de la seringue Novo et production en masse d’insuline Novo

Outre le développement de l’insuline, Harald Pedersen développa une seringue spéciale – la seringue Novo – permettant aux patients de s’injecter eux-mêmes l’insuline correctement dosée plusieurs fois par jour. En février 1925, Novo Terapeutisk Laboratorium lança l’insuline Novo et la seringue Novo sur le marché.

Invention de la seringue Novo et production en masse d’insuline Novo

Outre le développement de l’insuline, Harald Pedersen développa une seringue spéciale – la seringue Novo – permettant aux patients de s’injecter eux-mêmes l’insuline correctement dosée plusieurs fois par jour. En février 1925, Novo Terapeutisk Laboratorium lança l’insuline Novo et la seringue Novo sur le marché.

Production de l’insuline Novo vers 1930

Production de l’insuline Novo vers 1930

La seringue Novo de 1925

La seringue Novo de 1925

À la recherche d’insulines à action prolongée

1936
Hans-Christian Hagedorn réussit en 1936 le développement de l’insuline protamine. Ajoutée à l’insuline, la protéine à réaction basique provenant du frai de la truite de rivière réduit la solubilité de l’insuline à pH neutre. En raison de l’efficacité retardée de l’insuline protamine, les patients devaient s’injecter moins souvent qu’avec l’insuline normale, si possible une seule fois par jour. Nordisk proposa l’insuline retard sous le nom d’«insuline Leo Retard» à partir de 1936. Cependant, les premières insulines protamines n’étaient pas stables dans une solution neutre et les patients devaient encore mélanger le tampon phosphaté à l’insuline avant l’injection.
1936

À la recherche d’insulines à action prolongée

Hans-Christian Hagedorn réussit en 1936 le développement de l’insuline protamine. Ajoutée à l’insuline, la protéine à réaction basique provenant du frai de la truite de rivière réduit la solubilité de l’insuline à pH neutre. En raison de l’efficacité retardée de l’insuline protamine, les patients devaient s’injecter moins souvent qu’avec l’insuline normale, si possible une seule fois par jour. Nordisk proposa l’insuline retard sous le nom d’«insuline Leo Retard» à partir de 1936. Cependant, les premières insulines protamines n’étaient pas stables dans une solution neutre et les patients devaient encore mélanger le tampon phosphaté à l’insuline avant l’injection.

Insuline zinc-protamine Novo

Les Canadiens D. M. Scott et A. M. Fisher, qui avaient développé des suspensions stables d’insuline-zinc, accordèrent à Novo la licence correspondante. L’«insuline zinc-protamine Novo» mise au point par Hagedorn, la première insuline retard stable dans une suspension neutre, fut lancée sur le marché danois en 1938. Toutefois, en raison de l’excès de protamine, la préparation efficace pendant 72 heures ne convenait pas au mélange avec une insuline à action courte.

Insuline zinc-protamine Novo

Les Canadiens D. M. Scott et A. M. Fisher, qui avaient développé des suspensions stables d’insuline-zinc, accordèrent à Novo la licence correspondante. L’«insuline zinc-protamine Novo» mise au point par Hagedorn, la première insuline retard stable dans une suspension neutre, fut lancée sur le marché danois en 1938. Toutefois, en raison de l’excès de protamine, la préparation efficace pendant 72 heures ne convenait pas au mélange avec une insuline à action courte.

Le Nordisk Insulinlaboratorium et son premier produit, l’insuline Leo

Le Nordisk Insulinlaboratorium et son premier produit, l’insuline Leo

Le développement de l’insuline NPH

1946
En 1946, Charles Krayenbühl et Thomas Rosenberg de Nordisk réussirent à fabriquer des cristaux d’insuline protamine à pH neutre, stables en suspension. L’«insuline à la protamine Hagedorn neutre», en abrégé l’insuline NPH, avait une durée d’action de 12 à 14 heures. Grâce à sa forme cristalline, il était désormais possible de mélanger l’insuline protamine à l’insuline à action courte sans perte ou modification de l’effet des deux produits. L’insuline NPH, initialement introduite aux États-Unis en 1950, fut un grand succès.
1946

Le développement de l’insuline NPH

En 1946, Charles Krayenbühl et Thomas Rosenberg de Nordisk réussirent à fabriquer des cristaux d’insuline protamine à pH neutre, stables en suspension. L’«insuline à la protamine Hagedorn neutre», en abrégé l’insuline NPH, avait une durée d’action de 12 à 14 heures. Grâce à sa forme cristalline, il était désormais possible de mélanger l’insuline protamine à l’insuline à action courte sans perte ou modification de l’effet des deux produits. L’insuline NPH, initialement introduite aux États-Unis en 1950, fut un grand succès.

Insuline NPH produite par Nordisk

Insuline NPH produite par Nordisk

Les produits Lente® : insulines avec trois durées d’action différentes

1953
Après le lancement de l’insuline NPH par Nordisk, une équipe de recherche fut constituée chez Novo pour développer un produit d’insuline qui soit aussi bon voire encore meilleur que l’insuline NPH. En 1953, trois insulines à degré différent de prolongation d’action grâce à l’ajout de zinc furent mises sur le marché: Novo Lente® , Novo Semilente® und Novo Ultralente® . Elles renonçaient aux substances comme la protamine, qui ne sont pas des insulines ou similaires à l’insuline.
1953

Les produits Lente® : insulines avec trois durées d’action différentes

Après le lancement de l’insuline NPH par Nordisk, une équipe de recherche fut constituée chez Novo pour développer un produit d’insuline qui soit aussi bon voire encore meilleur que l’insuline NPH. En 1953, trois insulines à degré différent de prolongation d’action grâce à l’ajout de zinc furent mises sur le marché: Novo Lente® , Novo Semilente® und Novo Ultralente® . Elles renonçaient aux substances comme la protamine, qui ne sont pas des insulines ou similaires à l’insuline.

L’insuline Lente® à action prolongée de Novo

L’insuline Lente® à action prolongée de Novo

Détermination de la structure de l’insuline et deuxième prix Nobel

1955
Après 12 ans de travail, des biochimistes britanniques dirigés par Frederick Sanger réussirent à clarifier la séquence d’acides aminés de l’insuline, ouvrant ainsi la voie à une synthèse chimique et ensuite biotechnologique. «Pour l’information sur la structure des protéines, en particulier de l’insuline», Sanger a reçu en 1958 le prix Nobel de chimie, le deuxième de l’histoire de l’insuline.
1955

Détermination de la structure de l’insuline et deuxième prix Nobel

Après 12 ans de travail, des biochimistes britanniques dirigés par Frederick Sanger réussirent à clarifier la séquence d’acides aminés de l’insuline, ouvrant ainsi la voie à une synthèse chimique et ensuite biotechnologique. «Pour l’information sur la structure des protéines, en particulier de l’insuline», Sanger a reçu en 1958 le prix Nobel de chimie, le deuxième de l’histoire de l’insuline.

Frederick Sanger

Frederick Sanger

Une nouvelle ère dans la compréhension du diabète

Dans les années 1960, il est clairement apparu qu’il existe plusieurs types de diabète sucré et que le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente dans le monde. La recherche médicale se concentre alors sur les différentes caractéristiques des différents types de diabète. Les premiers médicaments sont rapidement introduits spécialement pour le traitement du diabète de type 2.

Une nouvelle ère dans la compréhension du diabète

Dans les années 1960, il est clairement apparu qu’il existe plusieurs types de diabète sucré et que le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente dans le monde. La recherche médicale se concentre alors sur les différentes caractéristiques des différents types de diabète. Les premiers médicaments sont rapidement introduits spécialement pour le traitement du diabète de type 2.

À la recherche d’une insuline plus pure

Depuis 1960, on savait que des impuretés minimales de l’insuline provoquaient des anticorps chez l’humain. Les chercheurs de Novo et de Nordisk se concentrèrent désormais sur la purification des produits à base d’insuline afin de réduire, voire d’éviter, les impuretés pour prévenir le développement d’anticorps contre l’insuline. Après que les études eurent mis en évidence une antigénicité plus élevée de l’insuline bovine, Nordisk ne produisit plus que de l’insuline porcine à partir de 1967.

À la recherche d’une insuline plus pure

Depuis 1960, on savait que des impuretés minimales de l’insuline provoquaient des anticorps chez l’humain. Les chercheurs de Novo et de Nordisk se concentrèrent désormais sur la purification des produits à base d’insuline afin de réduire, voire d’éviter, les impuretés pour prévenir le développement d’anticorps contre l’insuline. Après que les études eurent mis en évidence une antigénicité plus élevée de l’insuline bovine, Nordisk ne produisit plus que de l’insuline porcine à partir de 1967.

Laboratoire dans les années soixante

Laboratoire dans les années soixante

Insuline monocomposante (insuline MC) de Novo: l’insuline à l’époque la plus pure de toutes

1973
Les recherches sur les réactions des anticorps conduisirent à l’introduction de l’insuline monocomposante de Novo (insuline MC), une insuline porcine commerciale hautement purifiée, en 1973. Les réactions allergiques étaient largement éliminées et le développement des anticorps était nettement réduit. L’insuline MC a été une étape importante dans l’augmentation de la pureté de l’insuline d’origine animale.
1973

Insuline monocomposante (insuline MC) de Novo: l’insuline à l’époque la plus pure de toutes

Les recherches sur les réactions des anticorps conduisirent à l’introduction de l’insuline monocomposante de Novo (insuline MC), une insuline porcine commerciale hautement purifiée, en 1973. Les réactions allergiques étaient largement éliminées et le développement des anticorps était nettement réduit. L’insuline MC a été une étape importante dans l’augmentation de la pureté de l’insuline d’origine animale.

L’insuline MC de Novo

L’insuline MC de Novo

Production chimique d’insuline à l’échelle industrielle

1975
La production chimique d’insuline pratiquement pure fut réalisée pour la première fois en 1974, avec la synthèse totale de l’insuline humaine par les chimistes bâlois de Ciba Geigy. Mais la production restait exigeante et chère. Cela encouragea une recherche intensive sur les procédés géniques pour la fabrication d’insuline.
1975

Production chimique d’insuline à l’échelle industrielle

La production chimique d’insuline pratiquement pure fut réalisée pour la première fois en 1974, avec la synthèse totale de l’insuline humaine par les chimistes bâlois de Ciba Geigy. Mais la production restait exigeante et chère. Cela encouragea une recherche intensive sur les procédés géniques pour la fabrication d’insuline.

Première fabrication mondiale d’insuline humaine par modification de l’insuline porcine

1982
En 1982, Novo fut la première entreprise au monde à proposer une insuline humaine fabriquée à partir d’insuline porcine. Jan Markussen de Novo avait développé en 1979 la procédure consistant à remplacer un seul acide aminé par une modification enzymatique. Le résultat était une insuline avec la même structure moléculaire et les mêmes propriétés que l’insuline humaine réelle.
1982

Première fabrication mondiale d’insuline humaine par modification de l’insuline porcine

En 1982, Novo fut la première entreprise au monde à proposer une insuline humaine fabriquée à partir d’insuline porcine. Jan Markussen de Novo avait développé en 1979 la procédure consistant à remplacer un seul acide aminé par une modification enzymatique. Le résultat était une insuline avec la même structure moléculaire et les mêmes propriétés que l’insuline humaine réelle.

Jan Markussen von Novo

Jan Markussen von Novo

Lancement de la première mini-pompe à insuline

1983
Les pompes à insuline furent développées pour la première fois dans les années 1960 et sont largement répandues depuis les années 1980. Elles veillent à ce que les personnes diabétiques puissent bénéficier d’une absorption d’insuline adaptée aux besoins tout au long de la journée. La première pompe à insuline portable fut la «Mill Hill Infuser» présentée en 1976, développée par le Dr John Pickup, le professeur Harry Keen et le Dr John Parsons au National Institute for Medical Research à Mill Hill, Londres. Les pompes à insuline sont aujourd’hui disponibles dans un grand nombre de tailles, de formats et de coloris.
1983

Lancement de la première mini-pompe à insuline

Les pompes à insuline furent développées pour la première fois dans les années 1960 et sont largement répandues depuis les années 1980. Elles veillent à ce que les personnes diabétiques puissent bénéficier d’une absorption d’insuline adaptée aux besoins tout au long de la journée. La première pompe à insuline portable fut la «Mill Hill Infuser» présentée en 1976, développée par le Dr John Pickup, le professeur Harry Keen et le Dr John Parsons au National Institute for Medical Research à Mill Hill, Londres. Les pompes à insuline sont aujourd’hui disponibles dans un grand nombre de tailles, de formats et de coloris.

Patiente avec pompe à insuline

Patiente avec pompe à insuline

Introduction du premier stylo injecteur d’insuline

NovoPen® – un injecteur d’insuline comme un stylo à plume

La mise sur le marché du NovoPen® , le premier stylo d’insuline au monde, améliora radicalement la qualité de vie des personnes atteintes de diabète en éliminant la nécessité des seringues en verre peu maniables. Les gens avaient enfin une possibilité discrète et précise de s’administrer la bonne dose d’insuline si nécessaire.

Introduction du premier stylo injecteur d’insuline

La mise sur le marché du NovoPen® , le premier stylo d’insuline au monde, améliora radicalement la qualité de vie des personnes atteintes de diabète en éliminant la nécessité des seringues en verre peu maniables. Les gens avaient enfin une possibilité discrète et précise de s’administrer la bonne dose d’insuline si nécessaire.

NovoPen® – un injecteur d’insuline comme un stylo à plume

Le saut quantique: l’insuline humaine recombinante

1987
Novo commença en 1987 à produire de l’insuline humaine dans des cellules de levure (Saccharomyces Cerevisiae) à l’aide de la technologie de l’ADN recombinante. Les nouvelles méthodes de production permettaient, d’une part, de produire de l’insuline purement humaine qui se cristallise facilement. D’autre part, la production n’était désormais plus effectuée à partir de l'extraction du pancréas de porc. Le fait que les cellules de levure sortent l’insuline produite dans le milieu extracellulaire facilite la purification. Ainsi, de grandes quantités d’insuline monomère d'une grande pureté purent être produites plus facilement et plus rapidement.
1987

Le saut quantique: l’insuline humaine recombinante

Novo commença en 1987 à produire de l’insuline humaine dans des cellules de levure (Saccharomyces Cerevisiae) à l’aide de la technologie de l’ADN recombinante. Les nouvelles méthodes de production permettaient, d’une part, de produire de l’insuline purement humaine qui se cristallise facilement. D’autre part, la production n’était désormais plus effectuée à partir de l'extraction du pancréas de porc. Le fait que les cellules de levure sortent l’insuline produite dans le milieu extracellulaire facilite la purification. Ainsi, de grandes quantités d’insuline monomère d'une grande pureté purent être produites plus facilement et plus rapidement.

Un cristal de la première insuline humaine

Un cristal de la première insuline humaine

Une fusion qui créa le leader mondial de l’insuline

1989
Novo Industri A/S (anciennement Novo Terapeutisk Laboratorium) et Nordisk Gentofte A/S (Nordisk Insulinlaboratorium) fusionnèrent en 1989 pour devenir Novo Nordisk A/S, dont le siège se trouve à Copenhague, au Danemark. Grâce à la fusion de deux unités de recherche et de développement fortes et à une meilleure compétitivité sur les marchés internationaux, Novo Nordisk devient le leader mondial de la fabrication d’insuline.
1989

Une fusion qui créa le leader mondial de l’insuline

Novo Industri A/S (anciennement Novo Terapeutisk Laboratorium) et Nordisk Gentofte A/S (Nordisk Insulinlaboratorium) fusionnèrent en 1989 pour devenir Novo Nordisk A/S, dont le siège se trouve à Copenhague, au Danemark. Grâce à la fusion de deux unités de recherche et de développement fortes et à une meilleure compétitivité sur les marchés internationaux, Novo Nordisk devient le leader mondial de la fabrication d’insuline.

Poursuite du développement des possibilités d’application de l’insuline

Novo Nordisk lance NovoLet® , le premier stylo à insuline à usage unique du monde. Le stylo est prérempli, c’est-à-dire que l’insuline est déjà contenue dans celui-ci et prête à l’injection. Jusque-là, l’insuline était injectée avec une ampoule et une seringue ou avec un stylo à insuline contenant des cartouches d’insuline remplaçables.

Poursuite du développement des possibilités d’application de l’insuline

Novo Nordisk lance NovoLet® , le premier stylo à insuline à usage unique du monde. Le stylo est prérempli, c’est-à-dire que l’insuline est déjà contenue dans celui-ci et prête à l’injection. Jusque-là, l’insuline était injectée avec une ampoule et une seringue ou avec un stylo à insuline contenant des cartouches d’insuline remplaçables.

NovoLet® , le premier stylo à injection à usage unique du monde

NovoLet® , le premier stylo à injection à usage unique du monde

Perfectionnement de l’insuline

1990
Des analogues de l’insuline, une série de formulations à action rapide, à action prolongée et prémélangées, furent développés pour imiter plus fidèlement le schéma naturel de libération de l’insuline par l’organisme. Les analogues d’insulines présentent des modifications permettant une meilleure absorption. Cela facilite la planification des repas, la réduction du taux de glycémie (hypoglycémie) et la réduction du risque de prise de poids.
1990

Perfectionnement de l’insuline

Des analogues de l’insuline, une série de formulations à action rapide, à action prolongée et prémélangées, furent développés pour imiter plus fidèlement le schéma naturel de libération de l’insuline par l’organisme. Les analogues d’insulines présentent des modifications permettant une meilleure absorption. Cela facilite la planification des repas, la réduction du taux de glycémie (hypoglycémie) et la réduction du risque de prise de poids.

Insuline à courte durée d’action

1996
Huit ans après la publication par Novo Nordisk de la première étude scientifique sur l’utilité clinique d’un analogue de l’insuline monomère conçu de manière rationnelle (1988), une autre entreprise lança un premier analogue de l’insuline à courte durée d’action sur le marché. D’autres insulines à action rapide ou longue ainsi que des formulations prémélangées des deux types d’insuline furent développées par la suite dans le monde entier.
1996

Insuline à courte durée d’action

Huit ans après la publication par Novo Nordisk de la première étude scientifique sur l’utilité clinique d’un analogue de l’insuline monomère conçu de manière rationnelle (1988), une autre entreprise lança un premier analogue de l’insuline à courte durée d’action sur le marché. D’autres insulines à action rapide ou longue ainsi que des formulations prémélangées des deux types d’insuline furent développées par la suite dans le monde entier.

Insulines basales: retard dû à une intervention ciblée sur la molécule d’insuline

2003
À partir de 2003, les nouvelles insulines retard, également appelées insulines basales ou insulines dépôt, sont commercialisées sur le marché, par Novo Nordisk entre autres. Les insulines à longue durée d’action ont une structure similaire à celle de l’insuline humaine: un acide aminé a été remplacé ou éliminé par un procédé génétique. Les différentes molécules d’insuline adhèrent ainsi plus longtemps les unes aux autres dans le tissu sous-cutané et sont acheminées avec retard dans la circulation sanguine. En outre, les chaînes d’acides gras intégrées dans la molécule d’insuline peuvent prolonger l’effet de dépôt en renforçant la liaison de l’insuline à une protéine du plasma sanguin, à savoir l’albumine.
2003

Insulines basales: retard dû à une intervention ciblée sur la molécule d’insuline

À partir de 2003, les nouvelles insulines retard, également appelées insulines basales ou insulines dépôt, sont commercialisées sur le marché, par Novo Nordisk entre autres. Les insulines à longue durée d’action ont une structure similaire à celle de l’insuline humaine: un acide aminé a été remplacé ou éliminé par un procédé génétique. Les différentes molécules d’insuline adhèrent ainsi plus longtemps les unes aux autres dans le tissu sous-cutané et sont acheminées avec retard dans la circulation sanguine. En outre, les chaînes d’acides gras intégrées dans la molécule d’insuline peuvent prolonger l’effet de dépôt en renforçant la liaison de l’insuline à une protéine du plasma sanguin, à savoir l’albumine.

Autres innovations pour les stylos à insuline

2008
Un successeur du NovoPen® est introduit en 2008. Afin de faciliter encore plus la vie avec le diabète, de nouveaux développements sont apparus sur le marché au cours des années suivantes. Les nouvelles générations de stylos possèdent une fonction mémoire intégrée. Celle-ci indique quand le patient a injecté la dernière dose et quelle était la dose d’insuline administrée.
2008

Autres innovations pour les stylos à insuline

Un successeur du NovoPen® est introduit en 2008. Afin de faciliter encore plus la vie avec le diabète, de nouveaux développements sont apparus sur le marché au cours des années suivantes. Les nouvelles générations de stylos possèdent une fonction mémoire intégrée. Celle-ci indique quand le patient a injecté la dernière dose et quelle était la dose d’insuline administrée.

Stylo à insuline avec fonction mémoire.

Stylo à insuline avec fonction mémoire.

Insulines d’action toujours plus rapide et plus longue

Installation ultramoderne pour la production d’insuline (2009)

À partir de 2010, une nouvelle génération d’insulines avec des profils améliorés fut lancée: des insulines à action ultrarapide ou ultralongue. Elles permettent de réduire encore le risque d’hypoglycémie et soulagent nettement la charge quotidienne des soins du diabète comme la planification des repas.

Insulines d’action toujours plus rapide et plus longue

À partir de 2010, une nouvelle génération d’insulines avec des profils améliorés fut lancée: des insulines à action ultrarapide ou ultralongue. Elles permettent de réduire encore le risque d’hypoglycémie et soulagent nettement la charge quotidienne des soins du diabète comme la planification des repas.

Installation ultramoderne pour la production d’insuline (2009)

Insulines basales d’action encore plus longue

2013
À partir de 2013, de nouvelles générations d’insulines basales apparurent sur le marché, qui répondaient encore mieux à leur deuxième nom, les insulines dépôt. De petites interventions dans la structure moléculaire entraînaient une libération encore plus lente et plus uniforme de l’insuline dépôt, ce qui permet à l’insuline de s’accumuler dans les tissus sous-cutanés après l’injection. Sans que l’efficacité physiologique ne soit modifiée, la durée d’action des analogues de l’insuline fut encore augmentée et le risque d’hypoglycémie davantage réduit.
2013

Insulines basales d’action encore plus longue

À partir de 2013, de nouvelles générations d’insulines basales apparurent sur le marché, qui répondaient encore mieux à leur deuxième nom, les insulines dépôt. De petites interventions dans la structure moléculaire entraînaient une libération encore plus lente et plus uniforme de l’insuline dépôt, ce qui permet à l’insuline de s’accumuler dans les tissus sous-cutanés après l’injection. Sans que l’efficacité physiologique ne soit modifiée, la durée d’action des analogues de l’insuline fut encore augmentée et le risque d’hypoglycémie davantage réduit.

Association d’insuline et d’autres antidiabétiques

2015
Comme il existe encore beaucoup d’autres classes de médicaments antidiabétiques, en plus de l’insuline, utilisables en cas de diabète de type 2, une association fixe d’insuline et d’un autre principe actif fut lancée en 2015. De plus, l’insuline peut être associée à un grand nombre d’antidiabétiques oraux.
2015

Association d’insuline et d’autres antidiabétiques

Comme il existe encore beaucoup d’autres classes de médicaments antidiabétiques, en plus de l’insuline, utilisables en cas de diabète de type 2, une association fixe d’insuline et d’un autre principe actif fut lancée en 2015. De plus, l’insuline peut être associée à un grand nombre d’antidiabétiques oraux.

Insulines à action rapide

2017
Pour les insulines injectées au cours d’un repas, une réponse d’insuline aussi rapide que possible est souhaitable. Lors du développement d’une insuline à action rapide, les chercheurs poursuivirent l’objectif inverse de celui des insulines basales. Des excipients sont ajoutés afin d’empêcher l’agrégation de l’insuline. Elle se décompose particulièrement rapidement en monomères après l’injection et est donc rapidement absorbée.
2017

Insulines à action rapide

Pour les insulines injectées au cours d’un repas, une réponse d’insuline aussi rapide que possible est souhaitable. Lors du développement d’une insuline à action rapide, les chercheurs poursuivirent l’objectif inverse de celui des insulines basales. Des excipients sont ajoutés afin d’empêcher l’agrégation de l’insuline. Elle se décompose particulièrement rapidement en monomères après l’injection et est donc rapidement absorbée.

Et maintenant?

L’avenir du traitement du diabète sera très probablement marqué par des innovations thérapeutiques et techniques qui offriront aux personnes diabétiques davantage de flexibilité et aux médecins de nouvelles possibilités de traitement du diabète. La recherche mondiale dans le domaine de l’insuline et du diabète s’oriente entre autres vers les insulines basales qui ne doivent plus être injectées que quelques fois par semaine. Mais on recherche également des insulines sensibles au glucose et qui imitent ainsi mieux la fonction naturelle du pancréas. En outre, on travaille fiévreusement au développement des médicaments antidiabétiques oraux de la prochaine génération. Mais les solutions de santé numériques font également partie des innovations dans le domaine du diabète. Il sera intéressant de voir ce qui va suivre.

Et maintenant?

L’avenir du traitement du diabète sera très probablement marqué par des innovations thérapeutiques et techniques qui offriront aux personnes diabétiques davantage de flexibilité et aux médecins de nouvelles possibilités de traitement du diabète. La recherche mondiale dans le domaine de l’insuline et du diabète s’oriente entre autres vers les insulines basales qui ne doivent plus être injectées que quelques fois par semaine. Mais on recherche également des insulines sensibles au glucose et qui imitent ainsi mieux la fonction naturelle du pancréas. En outre, on travaille fiévreusement au développement des médicaments antidiabétiques oraux de la prochaine génération. Mais les solutions de santé numériques font également partie des innovations dans le domaine du diabète. Il sera intéressant de voir ce qui va suivre.